23 juin 2017

En route vers une pratique de groupe

En septembre 2016, une bourse d’aide à la pratique de groupe a été lancée en Province de Luxembourg. Aujourd'hui, 10 bourses de 5 000 € ont été accordées. Ces montants sont destinés à rétribuer des coachs en communication ainsi que des experts financier et juridique. Coup de projecteur sur le projet de Tintigny afin de mieux comprendre tout l’intérêt de cette bourse.

Un constat alarmant

Dans le projet de Tintigny, c’est la commune qui, la première, a invité l’ensemble des médecins généralistes autour de la table comme nous le raconte le Dr Philippe Leyh : « Le Bourgmestre s’interrogeait sur l’avenir de la médecine générale sur sa commune et a invité tous les médecins pour en discuter. Il nous a écoutés pour savoir ce dont nous avions besoin, si nous avions des propositions ». Très vite un constat s’impose à tous : « À brève échéance, ce sera intenable dans la mesure où la moyenne d’âge des médecins sur la commune est de 62 ans ! Si rien n’est fait, il n’y aura plus personne, même un jeune qui s’installerait dans ces conditions ne pourrait pas tenir seul », constate le Dr Leyh.

 

L'utilité de se regrouper

Vient alors l’idée de se regrouper et de créer une asbl ‘’médecins de village’’ qui occuperait un bâtiment loué à la commune. « Cette structure nous permettrait de ne plus devoir être accessibles en permanence, explique le médecin, on pourra aller se balader une après-midi l’esprit serein, car un de nos collègues assurera le suivi de nos patients ». Il insiste néanmoins sur un point : « Il ne s’agit pas de regrouper nos patients, c’est surtout un pool de médecins qui sera constitué ». Ce regroupement permettra donc une flexibilité plus que bienvenue aux yeux du tintignolais. De quoi dégager du temps aux jeunes et moins jeunes pour leur vie de famille, leurs passions, leurs aspirations professionnelles autres (médecine du sport, enseignement…)... Ce regroupement permet en outre un aménagement de fin de carrière grâce à une transmission tout en douceur de la patientèle entre générations, mais aussi une solidarité entre confrères pour relever le défi de l’E-santé qui s’annonce comme un couperet.

 

Une bourse pour quoi faire ?

À l’origine, il y a donc la volonté de se regrouper, mais encore faut-il que ‘‘la sauce prenne’’. C’est là qu’intervient la bourse : « Le coaching permettra à chacun de s’exprimer: qu’est-ce que j'attends ? Qu’est-ce que je suis prêt à investir (humainement et financièrement, ndlr) ? Que puis-je accepter ? Avec un coach, tout le monde sera entendu, personne ne prendra le pouvoir, rajoute le quinquagénaire. Parfois, on écoute, mais on n’entend pas. Il est essentiel que quelqu’un d’extérieur soit attentif aux débats et fasse en sorte que tous se comprennent bien ».

Outre le coaching en communication, les médecins de Tintigny ont également sollicité, au travers de la bourse, une aide juridique et comptable. « Dans notre cas, ce sera une asbl, mais il faut que les statuts aient une assise juridique solide. Il faut penser à tous les aspects de la question ». Il s’agira enfin de calculer, de façon objective, quelles seraient les rétrocessions nécessaires de chacun pour faire tourner la structure qui prendrait à sa charge le secrétariat, le loyer, le parc informatique, les fournitures…

 

Le but ultime

L’objectif est donc d’améliorer la qualité de vie des médecins présents, mais aussi futurs ! Car le but ultime de cette structure est bien de pérenniser la médecine générale de proximité : « Il faut éviter de créer quelque chose qui va dans le mur faute d’avoir pris en compte les souhaits et attentes de chacun, précise le Dr Leyh. Il ne faudrait pas qu’on divorce dans 5 ans parce qu’on ne peut plus vivre ensemble ».

Il s’agit également d’attirer et d’intégrer de jeunes médecins, stagiaires et assistants. Or, l’on sait par différentes études que les étudiants portent plus volontiers leur choix vers des pratiques de groupe que vers des pratiques solo. À cela s’ajoute l’aspiration des jeunes à un plus grand équilibre entre vie professionnelle et vie familiale. On l’aura compris, le regroupement est plus que jamais une solution d’avenir !